• A+
  • A-
Espace Groupes Ma sélection 

Menu

Patrimoine

Retour aux résultats

Église Notre-Dame et Saint-Junien - Lusignan

  • Église Notre-Dame et Saint-Junien
  • En 1025, Hugues IV de Lusignan fait édifier une église en l'honneur de Notre-Dame. A la demande du Comte de Poitou, Guillaume le Grand, le roi de France Robert le Pieux permet à cette église de recevoir des donations qui ne seront sujettes à aucun seigneur. Le pape, à la requête de Hugues IV, appuyé par l'évêque de Poitiers, place l'église sous sa protection.

    De la première église, achevée au début du XIIème siècle, il reste les murs de la nef et le bras Nord du transept. Dès l'origine, l'église a donc les dimensions imposantes que nous lui connaissons aujourd'hui, qu'on explique par le lien avec la puissante famille seigneuriale des Lusignan qui l'a fondée.

    Les Seigneurs de Lusignan apparaissent au Xème siècle. Ils font construire un puissant château, et leur rôle dans le comté de Poitou est de premier plan. Au XIIème siècle, Guy, roi de Jérusalem, installe le royaume de Chypre avec Amauri. La famille des Lusignan occupe aussi le trône de la Petite Arménie jusqu'à sa chute en 1375.

    La présence d'un prieuré situé au Nord de l'église (actuel presbytère) explique aussi l'importance de l'église qui, sous le vocable de "Notre-Dame et St-Junien", dépendait de l’abbaye de Nouaillé-Maupertuis. Les moines accédaient à l'église par une belle porte du début du XIIème siècle, dont l’archivolte développe sur vingt-trois claveaux un bestiaire du Moyen Age (portail Nord).

    La nef (57m de long, 15m de hauteur et composée de 7 travées) est couverte de voûtes à croisées d'ogives dans une partie et voûtée en berceau brisé de l'autre.

    Au-dessous de l’abside, l’église abrite une crypte romane accessible de chaque côté du chœur.
    Classée au titre des Monuments Historiques depuis 1862.

    A découvrir : La crypte sous l’abside et le portail Nord dit "le Bestiaire" (du XIIème siècle). De remarquables chapiteaux aux feuillages stylisés du XIème s., un gisant de templier du XIIème s. des dalles funéraires des XVII-XVIIIèmes s. A l'extérieur, une sculpture de Mélusine orne le chevet.
    Les vitraux, créés entre 1862 et 1893 par les ateliers Eugène Denis (Nantes) et Guérithault (Poitiers), ainsi que des verrières ornementales font actuellement l'objet d'une belle restauration.
    L'église est située sur l'itinéraire des chemins de Saint Jacques de Compostelle (Via Turonensis) et l'on peut observer, au pied du chevet (côté sud), la présence d'un jalon européen qui caractérise Lusignan parmi les 12 villes étapes emblématiques de ce patrimoine commun dans l'ex Poitou-Charentes.

    A voir aussi : la cité historique de Lusignan, la Maison de Bois (maison à colombages du XVème siècle), les vestiges du château féodal, les halles, la Promenade de Blossac du XVIIIème siècle et le panorama sur la vallée de la Vonne, les façades, portes et ruelles, la porte fortifiée de la Ville Haute (patrimoine récemment restauré et mis en valeur).

    A proximité : l'église romane de Jazeneuil.

    Pays du futuroscope