• A+
  • A-
Espace Groupes Ma sélection 

Menu

Patrimoine

Retour aux résultats

Château de Coussay - Coussay

  • Château de Coussay
  • Château de Coussay
  • Château de Coussay
  • Château de Coussay

Le château de Coussay a une histoire riche.

Il date du XVIe siècle, entre 1518 et 1521. C’est Denis Briçonnet, prieur de Coussay et évêque de Saint-Malo, qui décide de faire construire sur le prieuré existant depuis le IXe siècle un hôtel dont il fera sa demeure. Briçonnet a vécu plusieurs années en Italie, notamment en tant qu’ambassadeur extraordinaire du roi François Ier auprès du Pape Léon X. Il a ainsi vu des cités transformées et sublimées par la Renaissance italienne qui avait atteint son apogée au siècle précédent. Il fait donc de sa demeure une villa italienne, mais construite sur un château-tour comme au XVe siècle et entourée de douves. Le prieuré de Coussay devient ainsi l’un des premiers châteaux de la Renaissance française.

Denis Briçonnet meurt en 1535 et le prieuré de Coussay attire les convoitises. Sur la terre voisine de Richelieu vit la famille du Plessis, d’ancienne noblesse mais de condition modeste. Leur terre est également proche des bords de la Loire où les rois de France aiment séjourner, et les du Plessis ont su profiter de cette proximité pour bénéficier des bienveillances royales en se montrant d’une loyauté infaillible et honorable. C’est ainsi qu’en récompense, le prieuré de Coussay est attribué aux du Plessis au milieu du XVIe siècle et reste dans cette famille jusqu'à la fin du XVIIème.

De cette famille naît, en 1585, Armand-Jean, quatrième d’une famille de six enfants. Celui-ci se tournera malgré lui vers une carrière religieuse (son frère aîné refusant l’évêché de Luçon, dans la famille depuis vingt ans) et deviendra le célèbre cardinal de Richelieu. Avant d’être intronisé cardinal en 1622 et d’avoir des responsabilités qui le retiennent à la cour, il séjourne de nombreuses fois à Coussay, notamment pendant sa période d’exil en 1617 due à la disgrâce de la Reine Mère, Marie de Médicis, dont il est l’un des favoris. En juin 1621, cette dernière passera même quelques jours au château.

Richelieu va apporter des modifications au château : il fait ajouter une porte à la façade Nord-Ouest et un escalier la desservant. Avec l’ajout d’une deuxième fenêtre à gauche de la porte à la fin du XVIIIème siècle, ce sont les seuls remaniements que connaîtra le château.

Après la Révolution, le château va changer de nombreuses fois de propriétaire et être quelque peu malmené, ne servant par exemple que de ferme et de grange pour des fermiers pendant la majeure partie du XIXe siècle. Au début du XXe, le château est racheté par un notaire de Mirebeau qui entreprend des travaux pour réhabiliter l’édifice. En 1949, les façades et les toitures du château, les douves et leurs tourelles d’angle ainsi que l’oratoire de Richelieu ont été classés Monuments Historiques. Actuellement le château appartient toujours à la même famille, et de gros travaux portant sur les douves et sur l'édifice (en particulier réfection des charpentes, toitures et fenêtres) ont été effectués depuis 1986.

A proximité : Mirebeau et ses remparts du XIVème, la forêt de Scévolles et l'aire de loisirs de Guesnes.

Pays du futuroscope